Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

IL Y A 80 ANS Le Front National de lutte pour l’indépendance de la France

Quand on parle de Front National aujourd’hui, c’est tout de suite vers le parti lepéniste que se portent les regards. Il y a longtemps que ce mouvement impulsé par le Parti Communiste Français durant la Résistance a été oublié ne serait-ce d’abord parce qu’il a été effacé de la mémoire collective. Et pour bien comprendre cette sorte d’usurpation effectuée par l’extrême-droite, il faut d’abord se rappeler que le mot « national » a migré progressivement de la gauche à la droite dans le vocabulaire politique français depuis la Seconde Guerre mondiale.

A cette époque, le mouvement communiste est dans une situation difficile. Le PCF a été interdit le 26 septembre 1939, la direction est dispersée, Thorez et Marty sont à Moscou, le régime de Pétain multiplie les arrestations. Les communistes sont prisonniers des consignes de l’Internationale et leurs actions portent surtout sur le terrain social. La base, hostile à l’occupation et au nazisme, est impatiente. Quelques appels isolés (Havez à Nantes, Tillon à Bordeaux, Guingouin dans le Limousin) cachent mal le désarroi. Fin 40, le philosophe Georges Politzer lance un appel clandestin « Aux intellectuels français » et exhorte à la création de « comités de résistance ». Ce n’est que début 41 que la propagande du Parti cesse peu à peu les parallèles entre Vichy et de Gaulle et, à partir de mars, l’antifascisme et l’objectif de libération nationale prennent le pas sur le combat de classe.

L’inflexion importante vient de Moscou. Thorez et Marty sont invités le 26 avril à « unir les masses dans un véritable Front populaire de la lutte pour leurs intérêts, leurs droits, leur liberté et pour l’indépendance nationale ». D’où la diffusion en France, le 27 mai, d’un manifeste « Pour la formation d’un Front national de l’indépendance de la France » qui appelle à réunir « tous les hommes dont les efforts seront orientés dans le sens d’une lutte véritable contre l’oppression nationale ». Cet appel propose un programme de lutte qui par certains aspects annonce déjà celui du futur CNR (nationalisation des banques, assurances, chemins de fer, grandes sociétés, rétablissement des libertés démocratiques…). Mais au départ ce Front national se limite à être un collectif unitaire, une simple superstructure destinée à chapeauter diverses émanations de la Résistance et du mouvement ouvrier.

Pierre VILLON

L’invasion de l’URSS le 22 juin donne son élan à la phase de la lutte armée contre l’envahisseur. Celle-ci rend plus difficile le lien entre le Front national et les combattants de l’O.S. et des FTP). En 1942 la Résistance s’élargit. Le Front national universitaire est décapité par l’arrestation (et l’exécution) de ses animateurs, Georges Politzer, Jacques Solomon et Jacques Decour. Le F.N. des écrivains aide à la diffusion des Lettres françaises. Mais il faut attendre février-mars 1943 pour que le F.N. se structure sur des bases plus affermies. Même s’il porte surtout l’empreinte du PCF et que Pierre Villon (Roger Ginsburger) en est le principal animateur, il est rejoint par des personnalités extérieures au Parti, comme le journaliste Georges Bidault (alors rédacteur en chef de Combat). Celui-ci dirige avec Madeleine Braun le F.N. dans la zone Sud à Lyon, tandis que Pierre Villon et Frédéric Joliot-Curie sont chargés de la zone Nord. Localement, les collectifs Front national regroupent des personnalités issues d’une vingtaine de mouvements de Résistance et de partis, certains très éloignés de l’idéal communiste. Son influence s’élargit, bien au-delà de la classe ouvrière. Se créent des Front national chez les écrivains, les étudiants, les médecins, les musiciens, dans le monde du cinéma, des arts. De nombreux journaux en émanent, 79 publications ont été recensées du printemps 1943 à la Libération. En lien avec la CGT (réunifiée le 17 avril), il mène des actions de sabotage contre le STO.

Après avoir pris une position intermédiaire dans la rivalité de Gaulle-Giraud, il rencontre des représentants de la France combattante (ex France libre) les 18 et 25 mars. Pierre Brossolette fait alors part du souhait du général de Gaulle d’associer le F.N. à un organe politique unitaire, un Conseil national de la Résistance. Celui-ci tient son assemblée constitutive le 27 mai 1943 sous la présidence de Jean Moulin. André Mercier y représente le PCF, Pierre Villon le F.N. Après l’arrestation et l’assassinat de Jean Moulin, c’est Georges Bidault qui prend la présidence du CNR. Cependant, le FN refuse en juillet 43 de s’associer à à un Comité central des mouvements de la Résistance, privilégiant la voie plus politique ouverte par le CNR. Tandis que les FTPF se fondent dans les FFI en décembre 1943, le FN refuse une nouvelle fois de se dissoudre dans un rassemblement contrôlé par Alger, le MLN (Mouvement de Libération Nationale). Le FN apparaît alors comme un mouvement patriotique et civique, pendant de gauche du MLN, fort de 600 000 adhérents en 1944. Le FN a permis au PCF de prendre une place influente dans l’organisation des nouveaux pouvoirs à la Libération. Même si de Gaulle cherche à limiter la place des communistes au sein du pouvoir central, grâce au FN, il tient une grande place dans les comités départementaux de libération (il représente 31 % des membres) et de nombreux maires élus en 1945 sont issus de ses rangs, à l’image de Jean Philippot à Nantes. Fort à son apogée de 735 000 membres, le F.N. voit son espace se rétracter très vite, plus que 390 000 adhérents en 1946. Plusieurs des personnalités qui l’avaient rejoint (François Mauriac, Jacques Debû-Bridel, le révérend-père Philippe, …) s’en éloignent ou sont écartés. Dès les premières élections, il subit une sorte de déconstruction, à laquelle le P.C.F. lui-même contribue. Il entre en déshérence en 1949, n’apparaissant plus que comme un prolongement du parti, c’est alors que d’autres organisations de la galaxie communiste, dont beaucoup sont issues du F.N., prennent le relais et connaissent, elles, un essor considérable.
Alain BERGERAT
HISTORIEN.

VILLON Pierre, Résistant de la première heure. Entretien avec Claude Willard, Editions sociales,
VIRIEUX Daniel, Le Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France : un mouvement de résistance. Thèse Université Paris VIII, 1996.

Article publié le - actualisé le