Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

Actualité

  • Résistants ou assassins ?

    Plusieurs articles de Ouest France Nantes, parus les 18, 28 août et ce lundi 22 octobre - l’un titré « Le tunnel Saint-Felix », l’autre, « Dans la nuit, la liberté » et le dernier « Une veillée en hommage aux 50 otages » - contiennent des formulations concernant la Résistance nantaise qu’on ne peut plus avaliser. Elles relèvent d’une même construction très « ambiguë » de la mémoire nantaise de la Seconde Guerre mondiale, qu’on pourrait qualifier de révisionnisme, au sens de réécriture de l’Histoire souillant la mémoire des résistants. Particulièrement lorsqu’on l’examine aujourd’hui à la lumière du travail de mémoire des historiens spécialistes de la période.

Le Comité pérennise le souvenir des victimes du nazisme et du régime de Vichy.
Il transmet la mémoire de la Résistance en Loire-Inférieure et des valeurs qu’elle portait.
Il promeut des manifestations, ou participe aux cérémonies qui y concourent.
Il organise en liaison avec l’Amicale Châteaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt, à laquelle le Comité s’affile, les commémorations et manifestations d’hommages et du souvenir.
Il entretien des liens d’amitié et de travail avec les associations, personnalités, collectivités... qui partagent les mêmes valeurs au service de la mémoire.
Il coopère avec les comités locaux existants en particulier ceux de Châteaubriant et Indre adhérents du Comité départemental.