Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

La résistance

résistance-séparation
execution_du_groupe_manouchian.jpg

Table des matières

Généralités

Sabotage aux Batignolles

Article publié dans le bulletin de l’ALPAC Les Batignolles, 1942 : le sabotage du grand pont roulant L’usine des Batignolles à Nantes construisait des locomotives,

Lire la suite »

Les mouvements

Résistance communiste

L’expression « résistance communiste » pour désigner l’activité des communistes avant le 22 juin 1941, date de l’attaque de l’URSS par l’Allemagne nazie, est toujours

Lire la suite »
Bureau d'embauche

Faits d’armes

LES PRINCIPAUX FAITS D’ARMES DES FTP La première action authentifiée de l’OS nantaise – après l’exécution du colonel Hotz le 21 octobre 1941 – est

Lire la suite »

Saint-Nazaire - La poche

La libération

Le CNR et son programme

Les étrangers

L'affiche rouge et les Républicains espagnols

Les réfugiés espagnols

Lorsqu’arrivent, à Châteaubriant, les premiers réfugiés espagnols fuyant le régime franquiste, au tout début du mois d’avril 1939, la Guerre d’Espagne retentit jusqu’à la cité

Lire la suite »

Les jeunes dans la résistance

11 novembre 1940 : le drapeau tricolore flotte sur la cathédrale de Nantes !

Ce 11 novembre 1940, a une importance toute particulière. Non seulement le souvenir de la Première guerre mondiale est vif mais il s’agit du premier 11 novembre sous l’Occupation. Nantes vit à l’heure allemande depuis six mois. Les vaincus de 1918 décrètent, avec l’appro-bation des autorités « françaises » que ce 11 novembre ne sera pas férié et que tout ras-semblement sera interdit. C’est l’humiliation de trop ! Depuis l’été, différents signes montrent que tout le monde ne se résigne pas à l’Occupation, pas plus qu’à la Collaboration. Des papillons fustigent « le boche et le macaroni », le préfet signale des actes de sabotage de lignes téléphoniques militaires. Ces actes de refus s’inten-sifient à l’automne. Le 1er novembre, le commissaire principal signale au préfet la décou-verte de papillons « Vive de Gaulle » collés sur les devantures de magasins du centre ville. Le même jour des incidents – des sifflets du public – se sont produits au cinéma Olympia pen-dant les actualités allemandes. Le lendemain, il rend compte de « faits qui dénotent l’esprit

Lire la suite »

Il y a 22 ans, le 11 novembre 1918, la France était dans la joie de l’Armistice et de la Victoire. Chaque année, depuis cette date mémorable, le pays tout entier célébrait le 11 novembre. La France n’évoquait pas seulement, en ce jour, la victoire, mais elle honorait les héros qui avaient donné leur vie pour que ceux qui viendraient derrière eux puissent vivre dans la liberté et dans la paix. Etudiants, étudiantes, il faut, malgré l’interdiction donnée, célébrer cette année aussi le 11 novembre. N’assistez pas au cours lundi prochain. Ce sera une manifestation qui produira son effet sur l’esprit boche. Il faut que nous résistions passivement ; un jour viendra où nous pourrons changer de méthodes et célébrer à nouveau le 11 novembre. Nous espérons que notre appel sera entendu et nous vous en remercions pour les vrais Français qui n’oublient pas ceux qui ont travaillé et qui ont fait leur devoir pour eux.

L’appel des lycéens de Clemenceau

Les femmes dans la résistance​

Droit de vote des femmes

Les cinquante otages

Panneaux_48_otages_3-3.jpg

Les cinquante otages

Les 50 otages, fusillés par les nazis – Les 48 qui furent fusillés par les Allemands le 22 octobre 1941 La liste fut établie par le Commandant militaire de la Wehrmacht en France Stülpnagel, avec la complicité active de Pucheu ministre de l’Intérieur, son chargé de mission Chassagne … du gouvernement de Pétain. Ceux de Châteaubriant fusillés le 22 octobre 1941 à la Sablière: Charles MICHELS, de Paris, communiste, secrétaire général de la Fédération du Cuirs et peaux, député de Paris, 38 ans Jean POULMARC’H, d’Ivry-sur-Seine, communiste, secrétaire général du syndicat de la chimie de la région parisienne, 31 ans Jean Pierre TIMBAUD, de Paris, communiste, secrétaire général de la Fédération de la Métallurgie. 38 ans Jules VERCRUYSSE, de Paris, communiste, secrétaire général de la Fédération des Textiles. 48 ans Désiré GRANET, de Vitry-sur-Seine, communiste, secrétaire général de la Fédération des Papiers et cartons. 37 ans Maurice GARDETTE, de Paris, artisan, conseiller municipal communiste de Paris 11ème, 49 ans Jean GRANDEL, de Gennevilliers, secrétaire de la Fédération postale CGT, maire communiste de Gennevilliers et conseiller

Lire la suite »

CREUSÉ Frédéric, Amédée, Louis, Auguste, Marie

Né le 16 décembre 1920 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé comme otage le 22 octobre 1941 à Nantes ; employé municipal ; résistant gaulliste. Frédéric Creusé était le fils d’Amédée Creusé, commis-voyer à la préfecture de la Loire-Inférieure, mutilé de guerre (perte du bras droit), décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, et de Marie Louise Meinot, sans profession. Il fit ses études primaires dans les écoles publiques primaires de la rue Jean-Jaurès puis dans celle de la rue Noire à Nantes. Il obtint son certificat d’études en 1933, l’année suivante il entra au cours préparatoire de l’École nationale professionnelle Livet fut admis en 1935 et y suivit quatre années d’études en spécialité électricité.A l’arrivée de l’armée allemande, il gagna le Midi de la France. Célibataire, à son retour à Nantes, il entra dans le groupe de résistance Vandernotte avec Michel Dabat, Jean-Pierre Glou et Jean Grolleau. Il était membre du groupe Bouvron de Nantes, du réseau Georges-France 31, depuis septembre 1940, et y était radiotélégraphiste et agent de liaison. Il était d’ailleurs le seul « enfant de

Lire la suite »

GLOU Jean-Pierre, Louis, Raymond

Né le 25 octobre 1922 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé comme otage le 22 octobre 1941 à Nantes ; étudiant ; résistant gaulliste. Fils de Pierre Glou, négociant en vins, et de Marie Louise Obéniche, Jean-Pierre Glou avait perdu sa mère jeune et fut élevé par sa grand-mère et la nouvelle femme de son père, Jeannette. Il fit ses études secondaires à l’École Saint-Joseph du Loquidy à Nantes. Titulaire de la première partie du baccalauréat à 15 ans et demi, il entra comme étudiant à l’École polytechnique de l’Ouest dans la section des Travaux publics. A l’approche de l’armée allemande, il gagna le Midi de la France avec l’intention de se rendre à Dakar. A la demande de son père, il revint à Nantes poursuivre ses études. Célibataire,iI entra alors dans le groupe de résistance Vandernotte avec Michel Dabat, Frédéric Creusé et Jean Grolleau et dans le groupe commandé par Mademoiselle Henriette Le Belzic qui collectait des renseignements sur les déplacements ferroviaires et maritimes des troupes allemandes à Nantes. Il aidait à l’évasion des prisonniers de guerre de Châteaubriant

Lire la suite »

DABAT Michel, André, Gilles

Né le 9 octobre 1921 à Paris (XIVe arr.), fusillé comme otage le 22 octobre 1941 au terrain du Bêle, à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; dessinateur aux Ponts et Chaussées ; résistant gaulliste. Fils d’Alexis Dabat, médecin militaire aux colonies puis médecin-major de Loire-Inférieure, et de Josèphe Fradin de Linière, sans profession, Michel Dabat fit ses études primaires à l’école catholique Saint-Pierre de Montrouge (Seine), puis à l’école paroissiale de Saint-Gilles-sur-Vie et ses études secondaires au collège Saint-Stanislas de Nantes. En 1936, il entra à l’École des Beaux-Arts de cette ville. Il avait le projet de se présenter à l’École militaire de Saint-Maixent mais ses problèmes de santé et le déclenchement de la guerre mirent fin à sa vocation militaire. A l’arrivée des soldats allemands dans la ville, il projeta de gagner l’Angleterre en passant par l’Espagne, mais arrivé à Bordeaux il renonça devant la difficulté et revint à Nantes en octobre 1940. Le 11 novembre 1940, avec un camarade lycéen, Christian de Mondragon, il hissa la nuit le drapeau tricolore sur sur le paratonnerre de la cathédrale de Nantes.

Lire la suite »

Maurice ALLANO

Fils de Pierre Allano, chauffeur, et de Alice Juliette Houchocca, ménagère, Maurice Allano, célibataire, chaudronnier, fut arrêté le 22 septembre 1941 à Nantes par les autorités allemandes pour « violence contre des soldats allemands ». Il semblerait que Maurice Allano soit intervenu lorsque, sur son lieu de travail, des soldats allemands maltraitaient un vieillard. Il fut condamné le 6 octobre 1941 à cinq années de prison par le tribunal militaire de Nantes (FK 518). Emprisonné à la prison Lafayette de Nantes, il a été fusillé comme otage le 22 octobre 1941, au terrain du Bêle à Nantes, en représailles à l’exécution du Feld-kommandant Karl Hotz deux jours plus tôt. Il est inhumé au cimetière Sainte-Anne à Nantes. Son nom est gravé à Nantes sur la plaque commémorative des fusillés 1939-1945 – et sur le Monument commémoratif des 50 otages et à Saint-Julien-de-Concelles – sur une Stèle aux fusillés. SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty).— MemorialGenweb. — Jean-Pierre Sauvage, Xavier Trochu, Mémorial des victimes de la persécution allemande en Loire-Inférieure 1940-1945, 2001. — État civil.

Lire la suite »