Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

Cérémonie au Bêle le 9 février 2019

Il y a 76 ans, un tribunal militaire allemand condamnait à mort 37 résistants, Francs-Tireurs et Partisans au terme d’une parodie de procès à grand spectacle en janvier 1943 (le « procès » dit des 42), puis 13 autres, plus discrètement, en août (le « procès » dit des 16).

Cérémonie au Bêle
Une éclaircie a permis ce samedi 9 février 2019 un parfait déroulement de la cérémonie qui a rassemblé près d’une centaine de personnes, au mémorial du Bêle, en hommage aux fusillés de 1943.

Il y a 76 ans, un tribunal militaire allemand condamnait à mort 37 résistants, Francs-Tireurs et Partisans au terme d’une parodie de procès à grand spectacle en janvier 1943 (le « procès » dit des 42), puis 13 autres, plus discrètement, en août (le « procès » dit des 16).
Dans une poignante et talentueuse évocation artistique, intitulée « Ni la gloire, ni les larmes », les comédiennes Claudine Merceron et Martine Ritz, de la Compagnie Théâtre d’Ici Ou d’Ailleurs ont mis en lumière le message d’espoir que contiennent les dernières lettres des condamnés, celle de Raymond Hervé et celle de Marcel Boissard :" Tu diras à notre fils(...) que si je meurs aujourd’hui, c’est pour que tous les enfants de France puissent vivre libres." Hommage aussi à deux FTP guillotinés à Tübingen et aux déportés à l’issue de ces procès.
Cette année, en raison du 75ème anniversaire de leur exécution, le 21 février 1944, les combattants du groupe Manouchian ont été associés à cet hommage. Occasion de se souvenir que le 8 septembre 1943, plusieurs détachements des FTP-MOI ont mené des actions simultanées contre l’occupant, dans la région parisienne « pour venger les fusillés nantais ». La lecture d’un poème de Missak Manouchian, l’interprétation de celui d’Aragon, mis en musique par Léo Ferré sous le titre L’Affiche rouge, puis celle du poème de J. Prévert Etranges étrangers ont complété cette évocation prolongée avec émotion par trois jeunes élèves du collège Simone-Veil, accompagnés de leur professeur M. J-F Inizan et de la Principale du collège,

Mme Rodier. Thaïs a interprété une chanson de sa composition, écrite à partir d’une lettre de son arrière grand-père, tandis que Gaëtan et William, déclamaient à deux voix, le poème d’Eluard consacré à ceux de L’Affiche rouge, Légion.
De nombreuses personnalités étaient présentes ou représentées : M. Johann Mougenot, sous-préfet représentant le préfet des Pays de la Loire et de Loire-Atlantique, Mme Christine Meyer représentant le Maire de Nantes, la députée V. Oppelt, M. Ménard, pour le Conseil départemental, Aymeric Seasseau et Robin Salecroix (PCF), Michel Le Theuré (CGT), Catherine Tuchais (FSU), Christian Retailleau, président du Comité du souvenir lesquels n’ont pas manqué de saluer la quinzaine de porte-drapeaux présents.

Article publié le - actualisé le