Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

Hommage aux Républicains espagnols Divate sur Loire le 11/02/2019

Quand la jeunesse se souvient !

JPEG - 134.4 ko
« Toutes les photos sont de Patrice MOREL »

Le dimanche 10 février 2019, Gérard Roulic, administrateur du Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure (Comité du souvenir), a fait une allocution en hommage aux Républicains espagnols morts pour la France et enterrés au cimetière de Divatte-sur-Loire.

JPEG - 121.6 ko
Gérard Roulic en allocution
PDF - 84.8 ko

Les 80 personnes présentes ont pu ensuite entendre un poème : « Des amis pour la vie » écrit et déclamé par les élèves de CE2 et CM1 de l’école Robert Doisneau sous la direction de leur enseignante, puis ont enchaînés en chanson avec « Le p’tit grenier » de Anne Sylvestre, non sans émotion dans le public et en présence de Christelle Braud, maire de la commune.

JPEG - 88.2 ko
Les enfants de l’école Robert Doisneau
PDF - 67.6 ko

L’accalmie de la tempête a juste laissé le temps de se rendre au carré où sont enterrés les cinq républicains espagnols fusillés par les nazis à la suite du procès des « 42 », le 13 février 1943. Les dépôts de gerbes ont été effectués par Christian Retailleau, Président du Comité du souvenir, Marie-Claude Robin pour la CGT, Pedro Maïa pour le PCF et Catherine Tuchais pour la FSU.

JPEG - 118 ko
Le carré des Républicains espagnols
JPEG - 128.4 ko
(De G à D) :Christian Retailleau, Président du Comité du souvenir, Marie-Claude Robin pour la CGT, Pedro Maïa pour le PCF et Catherine Tuchais pour la FSU.

C’est un temps aussi pour rendre hommage à cette dame, « Madame Giraudet [qui] veillait sur leur sépulture : qu’on nous permette de saluer sa mémoire » déclinera Gérard ; une gerbe est ainsi posée par Joël Busson du Comité du souvenir.

JPEG - 127.2 ko
Hommage à Madame Giraudet

Puis, avec la présence de la famille de Christian de Mondragon, un bouquet est déposé sur sa pierre tombale en mémoire « pour que nos jeunes n’aient pas besoin comme [lui] de grimper au sommet de la cathédrale pour arborer le drapeau de la liberté ni de risquer leur vie pour la défendre ».

JPEG - 142.1 ko
Recueillement sur la tombe de Christian De Mondragon

Le ciel devient gris, la pluie tombe à nouveau, il est temps de se mettre à l’abri et de se donner rendez-vous les uns et les autres pour que la mémoire reste vive.

Article publié le - actualisé le