Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

Hommage aux Républicains espagnols Divate sur Loire le 11/02/2019

Quand la jeunesse se souvient !

« Toutes les photos sont de Patrice MOREL »

Le dimanche 10 février 2019, Gérard Roulic, administrateur du Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant et Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure (Comité du souvenir), a fait une allocution en hommage aux Républicains espagnols morts pour la France et enterrés au cimetière de Divatte-sur-Loire.

Gérard Roulic en allocution

Les 80 personnes présentes ont pu ensuite entendre un poème : « Des amis pour la vie » écrit et déclamé par les élèves de CE2 et CM1 de l’école Robert Doisneau sous la direction de leur enseignante, puis ont enchaînés en chanson avec « Le p’tit grenier » de Anne Sylvestre, non sans émotion dans le public et en présence de Christelle Braud, maire de la commune.

Les enfants de l’école Robert Doisneau

L’accalmie de la tempête a juste laissé le temps de se rendre au carré où sont enterrés les cinq républicains espagnols fusillés par les nazis à la suite du procès des « 42 », le 13 février 1943. Les dépôts de gerbes ont été effectués par Christian Retailleau, Président du Comité du souvenir, Marie-Claude Robin pour la CGT, Pedro Maïa pour le PCF et Catherine Tuchais pour la FSU.

Le carré des Républicains espagnols
(De G à D) :Christian Retailleau, Président du Comité du souvenir, Marie-Claude Robin pour la CGT, Pedro Maïa pour le PCF et Catherine Tuchais pour la FSU.

C’est un temps aussi pour rendre hommage à cette dame, « Madame Giraudet [qui] veillait sur leur sépulture : qu’on nous permette de saluer sa mémoire » déclinera Gérard ; une gerbe est ainsi posée par Joël Busson du Comité du souvenir.

Hommage à Madame Giraudet

Puis, avec la présence de la famille de Christian de Mondragon, un bouquet est déposé sur sa pierre tombale en mémoire « pour que nos jeunes n’aient pas besoin comme [lui] de grimper au sommet de la cathédrale pour arborer le drapeau de la liberté ni de risquer leur vie pour la défendre ».

Recueillement sur la tombe de Christian De Mondragon

Le ciel devient gris, la pluie tombe à nouveau, il est temps de se mettre à l’abri et de se donner rendez-vous les uns et les autres pour que la mémoire reste vive.

Article publié le - actualisé le