Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

Saint Aubin des Châteaux

Hommage à Jean-Pierre TIMBAUD, HUYNH KHUONG AN et Maximilien BASTARD


Comité Local du Souvenir des Héros de Châteaubriant
Discours de Monsieur Serge ADRY, président du Comité Local
Cimetière de Saint-Aubin-des-Châteaux
Samedi 19 octobre 2019 – 14 heures

Monsieur le Maire,
Monsieur le Sous-Préfet,
Mesdames et Messieurs les Elu (es)
Mesdames et Messieurs représentants les familles des fusillés,
Mesdames et Messieurs les représentants d’associations et organisations patriotiques, politiques et syndicales,
Messieurs les Portes Drapeaux.

Mesdames, Messieurs, chers Amis,

Au nom du Comité Local du Souvenir des Héros de Châteaubriant, je vous remercie pour votre présence à cette cérémonie.
Le 26 mai 2007, Jacqueline Timbaud et Odette Nilès ont donné le non de Jean-Pierre Timbaud, à une école, ici à Saint-Aubin-des Châteaux.
Maintenir des cérémonies comme celle d’aujourd’hui devant le cimetière de Saint-Aubin- des-Châteaux pour honorer 3 militants syndicaux et politiques, des 27 fusillés le 22 octobre 1941, c’est agir contre l’oubli et transmettre une mémoire particulière : l’histoire de ces hommes, qui sera relatée à la suite de l’inauguration de la plaque commémorative en hommage à Jean-Pierre TIMBAUD, HUYNH KHUONG AN et Maximilien BASTARD, par la compagnie « les gars à la remorque ».

Ces hommes ont fait le sacrifice de leur vie pour que nous puissions vivre libres et en démocratie.

Commémorer leur engagement, leur combat pour la liberté constitue un devoir contre l’oubli.
Un devoir envers les générations nouvelles, afin qu’elles sachent que résister dans les pires conditions est toujours possible, indispensable lorsqu’il s’agit de défendre les droits essentiels de l’homme, les valeurs de liberté, de démocratie, de paix.

Enseigner l’histoire de ces résistants est le but de notre travail de mémoire, cette histoire si absente des programmes scolaires.

La période troublée que nous traversons est potentiellement pleine de danger. La montée des nationalistes, racistes, xénophobes, antisémites, les peurs entretenues, la banalisation de l’extrême droite, la haine de l’autre « la France aux Français » ont la fâcheuse tendance de réapparaître au moment des grandes crises.

Le fascisme est toujours à l’affût, mettant à profit la crise pour exploiter les frustrations, les désarrois, la misère et le mépris à l’égard des plus faibles, des plus pauvres et des étrangers.

Rendre hommage à nos 3 militants syndicaux et politiques inhumés dans ce cimetière n’a rien de passéiste, c’est nécessaire pour éveiller, mettre en garde.

Aujourd’hui plus personne ne devrait dire « je ne savais pas »
Non !! Il ne doit y avoir aucune place pour le racisme, la xénophobie et le chauvinisme dans nos sociétés.

Notre travail de transmission de la mémoire, que nous continuons à perpétuer aujourd’hui à Saint –Aubin –des –Châteaux, nous allons le multiplier par neuf inaugurations de plaques : cimetières de Lusanger, Erbray, Noyal-sur Brutz, Villepot, Moisdon-la Rivière, Ruffigné, Sion-les Mines pour terminer en 2021 au Petit-Auverné, lors du 80ième anniversaire des fusillades de Châteaubriant.

La transmission de la mémoire, celle des résistants, ces valeurs d’émancipation humaine qu’ils portaient, se révèle plus indispensable que jamais.
On dit souvent qu’un peuple sans mémoire est condamné à revivre les souffrances de ses aînés.

Nous savons qu’il n’existe aucune fatalité, à la condition de consacrer les moyens nécessaires à l’éducation, à la culture, à une véritable justice sociale comme le préconisaient les mesures mises en place dès la libération par les forces qui libérèrent le pays.

Notre Comité entend avec ses faibles moyens transmettre les idéaux de la Résistance, défendre les valeurs républicaines et la philosophie du Programme du Conseil National de la Résistance, surtout dans cette période

Montrons que les français sont de vrais patriotes responsables qui n’ont pas oublié.

L’engagement de ces camarades n’avait qu’une visée,

L’égalité pour tous

Ceux qui ont reposé ici ont refusé la défaite.

Sachons comme eux relever le défi et nous aurons la fierté de ne pas avoir baissé la tête.

Je vous remercie de votre attention.

Article publié le - actualisé le