Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

André LE MOAL

résistance-séparation
Accueil » Blog » Parcours de Résistants » André LE MOAL

andre_le_moal.jpg
tombe_au_cimetiere_militaire_de_la_chauviniere_a_nantes-2.jpg
Fils d’Alain Le Moal, docker, et de Marie-Anne Postic, ménagère, André Le Moal, chaudronnier vivant à Saint-Nazaire, semble n’avoir été membre d’aucun parti ni réseau de résistance. Néanmoins, ses parents et son frère étaient tous trois militants communistes et André Le Moal fut, selon le témoignage de sa belle-sœur, un lecteur de l’Humanité.
Le 7 juillet ou 7 septembre 1941, selon les sources, il fut arrêté, de même que son frère, lors d’une rixe avec un soldat allemand dans une foire. La Feldgendarmerie l’emmena pour « manifestation germanophobe et violence contre des soldats allemands » et André Le Moal fut incarcéré à la prison Lafayette de Nantes.
Si son frère Marcel fut libéré le jour même, André Le Moal fut condamné à trois ans de prison par le tribunal militaire allemand de Nantes et désigné comme otage par les autorités allemandes, qui le fusillèrent comme tel le 22 octobre 1941 au terrain du Bêle, à Nantes, en représailles à l’exécution du lieutenant-colonel Hotz.
Inhumé dans un premier temps avec cinq autres otages au cimetière de Haute-Goulaine, André Le Moal repose désormais au carré militaire du cimetière de la Chauvinière, à Nantes. Son nom figure sur plusieurs plaques commémoratives et monuments aux morts nantais.
SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Mémorial GenWeb. – Dominique Bloyet, Presse-Océan. – État civil.
Julien Lucchini
maitron-6.jpg

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
Print

Articles similaires